C’est officiel ! Depuis le 28 juillet 2017, le DUMI est enregistré au niveau II du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) – soit Bac+3 (comme le DE) – et non plus au niveau III (Bac+2) comme il l’était jusqu’à présent. L’arrêté du 28 juillet 2017 a été publié au Journal Officiel du 5 août 2017, à la page 138.

Télécharger le Journal Officiel du 5 août 2017 (voir page 138)

Cette revalorisation agit-elle rétroactivement pour les anciens diplômés du DUMI ?

Dans la mesure où la « valeur » du diplôme est désormais à Bac+3 (attention : ce n’est pas une licence pour autant, mais bien un DU de niveau II), tout titulaire du DUMI (passé ou futur) est donc… titulaire d’un diplôme de niveau II.

Concrètement, quels avantages pour les dumistes ?

Reconnaître officiellement que le DUMI est un diplôme de niveau II au RNCP (>> Bac+3, comme le DE) sert notamment à faciliter largement les possibilités de poursuites d’études en Master pour les dumistes non-titulaires d’une Licence (>> entrée par validation d’acquis, laquelle était très difficilement accordée à Bac+2, et le sera bien plus facilement à Bac+3).

Cette revalorisation modifie-t-elle automatiquement le cadre d’emploi des dumistes ?

Non : il ne faut pas confondre niveau de classement au RNCP (>> « valeur » reconnue du diplôme parmi les diplômes français) et cadre d’emploi. Pour l’instant les dumistes, comme les leurs collègues titulaires du DE, restent bien ATEA (cat. B).

Mais suite à la réévaluation du DUMI et du DE,  les syndicats, fédérations etc. ont d’autant plus de légitimité pour demander que le cadre d’emploi soit lui aussi revalorisé…